Thématiques - La mobilité

Être piéton ne coûte rien, facilitons la vie aux piétons!

Journal communal « Morlanwelz.be », rubrique « la parole aux partis ». Pour le numéro de juin 2008, le thème était « la mobilité ».

Avez-vous déjà essayé de contacter votre échevin de la mobilité ? Surprise… la mobilité n’est l’attribution d’aucun de nos élus. C’est peut-être un signe : notre commune n’a pas encore une mentalité orientée vers la mobilité dans son ensemble.

Malgré quelques avancées améliorant la circulation des véhicules, il reste beaucoup à faire : ainsi, certaines rues trop étroites pour avoir un trottoir praticable devraient être mises à sens unique, ou en (semi-)piétonnier.

Il n’y a pas que la circulation motorisée, élargissons notre vision à la mobilité douce ! La mobilité douce est la plus importante, car elle est accessible à tous : être piéton ne coûte rien, être cycliste coûte peu. Pourtant, où sont les pistes cyclables ? Dans quel état sont les trottoirs ? Peut-on traverser les routes en toute sécurité ? Il est urgent que la commune investisse dans des travaux simples mais nécessaires, comme aménager clairement les places de stationnement et les trottoirs. Sinon, même lorsque la voirie est large (comme à la chaussée de Mariemont), les voitures se garent de telle manière qu’il devient impossible de passer avec une poussette ou une chaise roulante. Ou le trottoir disparaît simplement, comme en plusieurs endroits de la chaussée Brunehault.

La mobilité douce ne se limite pas aux bords des voies carrossables, mais peut profiter de la richesse des chemins et sentiers… s’ils sont aménagés et entretenus. La Région Wallonne offre aux communes des outils et une aide financière pour valoriser ce patrimoine. Ainsi le Plan d’Itinéraires Communaux Verts (PICVerts) a comme but la création d’un réseau de voies communales pour usagers non motorisés. Il s’agit de réhabiliter les anciens sentiers vicinaux, de les rendre utilisables de façon pratique (trajets plus courts !) et quotidienne (en complément de l’aspect touristique, visé par le RAVeL). Binche et La Louvière se sont déjà lancées dans l’aventure, pourquoi pas Morlanwelz ?

Nancy Castillo, membre du groupe local ECOLO

Share This