Thématiques - Finances

L’écologie au coeur de l’économie.

Journal communal « Morlanwelz.be », rubrique « la parole aux partis ». Pour le numéro de février 2009, le thème était « les finances communales ».

Crise bancaire, inflation, crise annoncée de l’économie réelle : depuis plus d’un an, notre économie souffre et chacun, à des degrés divers, peut en ressentir les effets. A l’image de nombreux ménages qui se demandent aujourd’hui comment nouer les deux bouts, le pouvoir communal doit, lui aussi, avec des moyens limités, faire les meilleurs choix pour remplir ses missions au service de sa population.

Dans ce contexte difficile et dans un souci de saine gestion, on souhaite pouvoir disposer rapidement d’un budget communal pour 2009. Dans de nombreuses communes avoisinantes, c’est le cas; à Morlanwelz, on attend toujours ! Légalement, pourtant, le budget aurait dû être voté le premier lundi du mois d’octobre 2008…

Dans ce contexte difficile et dans un souci de développement durable, on s’attend à ce que toute majorité en place consente rapidement des investissements pour réduire les consommations d’énergie et ainsi soulager les finances communales. A Morlanwelz, on aura préféré les effets d’annonce : aucun des investissements prévus en 2008 pour produire de l’énergie verte ou économiser l’énergie n’ont été réalisés !

Dans ce contexte de crise, chaque contribuable espère que le pouvoir communal gèle – à défaut de le diminuer – le montant des taxes communales. A Morlanwelz, sous prétexte de vouloir atteindre le coût-vérité, la taxe forfaitaire sur l’enlèvement et le traitement des déchets ménagers vient encore d’être augmentée, et de façon particulièrement significative pour les ménages d’au moins trois personnes. A quand un vrai plan communal de réduction et de valorisation des déchets à destination de l’administration, des écoles, des citoyens ?

On pourrait bien sûr dresser le catalogue de toutes les contraintes qui pèsent sur les finances communales (dividendes et recettes fiscales en baisse, dépenses sous forte pression, etc.). Les difficultés sont réelles, il ne s’agit pas ici de le nier. Pas plus que nous ne souhaitons donner à entendre que la majorité en place n’a pas le souci de l’équilibre budgétaire.

Non, mais là où existent des marges de manoeuvre, là où des décisions sont prises qui engagent l’avenir, il convient de placer l’écologie au coeur de l’économie pour une gestion saine et durable de notre commune.

José Montero, conseiller communal.

Share This