Thématiques - Enseignement

Conduire chaque jeune vers l’émancipation

Journal communal « Morlanwelz.be », rubrique « la parole aux partis ». Pour le numéro de juin 2009, le thème était « l’enseignement ».

Comment ECOLO a-t-il lancé sa campagne électorale ? Par un congrès sur l’école (le 8 mars, à Namur). Pourquoi ? Parce que l’enseignement n’est pas un point du programme comme les autres : c’est par lui que commence tout le reste, c’est par l’enseignement et la formation que commence la relance durable de notre région.

Si l’école est le reflet de la société avec ses défauts (les inégalités sociales par exemple), nous gardons l’espoir que l’école soit aussi un levier, capable de transformer positivement la société… mais pas forcément suivant les réformes imposées précédemment : pour garder le dernier exemple, ECOLO considère que “bien inscrire les élèves, c’est bien, mais bien les accompagner (en attribuant les moyens d’après les besoins du public de l’école), c’est mieux”.

C’est de cette manière concrète qu’ECOLO traduit deux de ses priorités : “accroître la solidarité au profit des élèves défavorisés et des écoles qui les accueillent”, et “différencier les politiques pour qu’elles s’ajustent aux réalités des écoles et de leur territoire”. Car une école à Morlanwelz, ce n’est pas la même chose qu’une école à Verviers, Schaerbeek ou Louvain-la-Neuve.

ECOLO veut rendre leur mot à dire aux personnes de terrain : aux enseignants, qu’il faut consulter et soutenir dans leur travail de plus en plus diversifié, mais aussi aux familles et aux autres personnes qui accompagnent le jeune dans son développement. Bien sûr, les parents doivent être invités à être partenaires de l’école, mais pourquoi pas aussi les clubs sportifs, services d’aide en milieu ouvert, accueillantes d’après 16h, etc.?

Enfin, il ne faut pas rater les défis d’aujourd’hui : la langue de l’école (le français), les langues et l’informatique doivent être accessibles à tous. Dans l’enseignement qualifiant, ce sont les techniques “vertes”, prometteuses d’emploi durable, qui devraient être accessibles. Et, à travers l’enseignement tout entier, de meilleures habitudes de vie (alimentation saine et durable, mobilité vers l’école, etc.). Pour que, vraiment, l’école conduise chaque jeune vers l’émancipation.

Nancy Castillo
co-secrétaire du groupe local ECOLO

Share This